Expositions

mer. 31 mars | http://bit.ly/Fiche-Aubertin_S51

Love&Collect: #253 Bernard Aubertin

Love&Collect: Cinquante-et-unième semaine. Et toujours, chaque jour à 10 heures, du lundi au vendredi, une œuvre à collectionner à prix privilégié, disponible uniquement pendant 24 heures. Collectionner n'a jamais été aussi enrichissant...
Les inscriptions sont closes
Love&Collect: #253 Bernard Aubertin

Heure et lieu

31 mars à 10:00 – 01 avr. à 09:59
http://bit.ly/Fiche-Aubertin_S51

À propos de l'événement

Semaine 51: Dé-lire des livres

Nos lieux d’exposition sont fermés, mais nous les avons réinventés… en librairies! Nous continuons donc à vous recevoir librement rue des Beaux Arts, et même, à partir de jeudi, vous réservons une surprise, une exposition muséale à visiter… depuis le trottoir!

Nouvelle semaine Love&Collect consacrée aux jeux que les artistes inventent avec les livres: de lundi à vendredi, nous explorerons comment les artistes d’emparent de véritables livres pour les dé-lire, c’est-à-dire les déconstruire, s’emparer de leurs éléments constitutifs pour exalter leur qualités plastiques et sculpturales.

Œuvre 253: Bernard Aubertin (1934-2015)

Fiche complète de l’œuvre et «prix Loeve&Co-llect» disponible ICI

 

Pierre Fougeyrollas, «Contre Lévi-Strauss, Lacan et Althusser» (Série Les livres brûlés), 2011 (détail).

Livre annoté et brûlé. Signé et daté au dos. Porte le cachet In Memoriam Henry Coste au dos. Porte le cachet de la galerie Jean Brolly au dos. 20,5𝗑30𝗑1,5 cm. Œuvre présentée dans un emboîtage en plexiglas.

Provenance: Galerie Jean Brolly, Paris; Collection particulière, Paris.

Prix conseillé : 3 200 euros

Prix Loeve&Co-llect : 2 300 euros

Troisième œuvre de notre cinquante-et-unième semaine Love&Collect consacrée à «Dé-lire des livres».

Les Livres brûlés sont apparus dans l’œuvre de Bernard Aubertin peu de temps après les monochromes rouges, dans la foulée de sa rencontre – décisive – avec Yves Klein, en 1957. Engagés dans l’aventure européenne avant-gardiste du groupe Zéro, il s’agissait pour eux de tout purifier pour pouvoir tout reconstruire. Dans cette quête, le feu était leur meilleure arme, au point qu’Aubertin put résumer, lapidaire: Mon message, c’est le feu.

Suivez ce projet en temps réel sur Instagram et Twitter!

Pour toutes questions ou pour acheter l'oeuvre, merci d'envoyer un email à collect@loveandcollect.com

Les inscriptions sont closes