Expositions

lun. 14 déc. | https://www.instagram.com/loveandcollect/

Love&Collect: Bijoux d'artistes

Love&Collect: Trente-sixième semaine. Chaque jour à 10 heures, du lundi au vendredi, une œuvre à collectionner à prix privilégié, disponible uniquement pendant 24 heures. Collectionner n'a jamais été aussi enrichissant...
Les inscriptions sont closes
Love&Collect: Bijoux d'artistes

Heure et lieu

14 déc. 2020, 09:59
https://www.instagram.com/loveandcollect/

À propos de l'événement

Semaine 36: Duos sur étiquettes

En 2018, le Musée des Arts Décoratifs à Paris présentait la collection de bijoux d’artistes de Diane Venet, à travers deux cent trente objets, signés Calder, Dali, Picasso, Arman ou encore Louise Bourgeois.

Pratique hybride et à demi souterraine, la production de bijoux d’artistes traverse la modernité, selon des modalités singulières : parfois, c’est l’artiste lui-même, sculpteur par exemple, qui les réalise, à l’instar de Calder ou de Philippe Hiquily, parfois, on frôle le produit dérivé, une forme élaborée dans une peinture pouvant être transposée en émail, d’autres fois encore, des éditeurs, surtout italiens, collaborent étroitement avec des artistes ou des designers pour créer de véritables lignes commerciales, ou, enfin, de grandes maisons sollicitent çà ou là des artistes pour rehausser le prestige de leur joaillerie, l’exemple le plus fameux demeurant la bague aux trois ors de Jean Cocteau pour Cartier, mais on peut se remémorer aussi Frank Gehry pour Tiffany, ou les frères Campana pour H. Stern.

Dans ce paysage, Le Buisson détonne. Née en 2010, cette maison d’édition parisienne éclot à la manière de ces compressions par le sculpteur César, chargé par leurs propriétaires de redonner vie à leurs bijoux désincarnés en les agglomérant en de petits parallélépipèdes parfaits, que l’on peut porter au cou. À l’origine du Buisson en effet, un stock de présents devenus encombrants, reçus par une femme, donnés autrefois par l’homme qui l’a aimée, mais l’a tant fait souffrir qu’elle ne peut plus envisager d’en porter aucun. Ces bijoux sont alors non pas compressés comme ceux que l’on confiait à César, mais désossés, les pierres mises de côté et les métaux fondus, afin de pouvoir renaître, repartir pour une nouvelle vie.

La Genèse ne dit-elle pas qu’au commencement le monde n’était que chaos, tohu-bohu ? L’alchimiste des temps anciens ne commençait-il pas son œuvre en purifiant ses métaux dans l’Athanor, le creuset originel ? soulignent les créateurs du Buisson.

Une autre singularité du Buisson réside dans la fraîcheur avec laquelle cette maison a abordé cette discipline : Ils ne portaient jamais de bijoux, ils n’en avaient jamais réalisé. Ils étaient donc parfaits. L’idée était en effet de concevoir des bijoux pour qui n’y était pas habitué. Des bijoux non pas faits pour s’exhiber lors des grandes occasions mais pour se faire plaisir, au quotidien. Ils voulaient de beaux bijoux en or, rehaussés de diamants, d’améthystes ou d’opales, mais qui ne soient pas ostentatoires. Des bijoux qui combineraient l’invention formelle, la qualité des matériaux et l’exigence d’un savoir-faire artisanal.

En effet, Le Buisson est l’incarnation non seulement du circuit court, mais carrément du court-circuit. En effet, la maison a été fondée par l’éditrice Michèle Monory, avec le designeuse industrielle matali crasset et son mari Francis Fichot, en 2010. Parmi les premiers bijoux édités par le trio, certains ont naturellement été dessinés par matali, d’autres par des créateurs proches et complices. Le résultat est passionnant. En effet, comme le revendique leurs initiateurs les bijoux Le Buisson retournent aux sources de la joaillerie. Ils n’imitent pas les formes des amulettes anciennes, ils puisent dans l’imaginaire contemporain une autre façon de penser les fonctions intemporelles de la parure. Objets à toucher autant qu’à regarder, ce sont des gri-gri d’aujourd’hui. Ils combinent humour et sobriété, invention formelle et perfection de la réalisation. Luxueux, ils restent simples et élégants. Ce sont des bijoux intelligents et joyeux qui se portent sans affectation. Ils présentent une gamme variée de motifs et d’humeurs, pour hommes et pour femmes. Ils n’ont de commun entre eux que l’originalité du concept et la qualité parfaite de la réalisation.

Les bijoux édités par Le Buisson réconcilient les contraires : luxueux sans se prendre au sérieux, légers mais impeccables, humoristiques et sensibles, futiles mais essentiels, précieux sans être pesants, ce sont des oxymores charmants ; votre peau ne pourra plus s’en passer.

Suivez ce projet en temps réel sur Instagram et Twitter!

Pour toutes questions ou pour acheter l'oeuvre, merci d'envoyer un email à collect@loveandcollect.com