Expositions

lun. 03 août | www.loeveandco.com

Tadao Ando

Loeve&Co-llect: Dix-septième semaine. Chaque jour à 10 heures, du lundi au vendredi, une œuvre à collectionner à prix privilégié, disponible uniquement pendant 24 heures. Collectionner n'a jamais été aussi enrichissant...
Les inscriptions sont closes
Tadao Ando

Heure et lieu

03 août 2020, 09:59
www.loeveandco.com

À propos de l'événement

Semaine 17 : Tadao Ando

Le dessin comme l’architecture naissent d’abord de la lumière. La définition de Le Corbusier: L’architecture est le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière peut tout autant s’appliquer au dessin, dontl’ombre est la matière première.

Dans son Eloge de l’ombre, paru en 1933, l’écrivain Jun'ichiro Tanizaki défendait une esthétique japonaise de la pénombre: Je crois que le beau n’est pas une substance en soi, mais rien qu’un dessin d’ombres, qu’un jeu de clair-obscur produit par la juxtaposition de substances diverses. De même qu’une pierre phosphorescente qui, placée dans l’obscurité émet un rayonnement, perd, exposée au plein jour, toute sa fascination de joyau précieux, de même le beau perd son existence si l’on supprime les effets d’ombre.

A l’opposition entre lumière et ombre correspond strictement celle entre plein et vide. Mu, le vide, est un concept étroitement lié au bouddhisme zen, un des fondements des do, les voies de réalisation. Ainsi, tout l’art japonais est sous-tendu par l’idée que le vide façonne littéralement le beau: dans le kado (ikebana), les végétaux sont sublimés par lui; il en va de même pour le chado, voie du thé, qui se pratique dans un pavillon dépouillé que l'on surnomme demeure du vide, et dans le shodo, voie de la calligraphie, où il est paré d’autant de signification que les traits du pinceau.

Autodidacte, Tadao Ando vient pour la première fois en France, en 1965, à bord du Transsibérien, justement pour rencontrer Le Corbusier. Dessinateur compulsif, c’est sur le papier que naissent d’abord les volumes de béton brut, ces cubes, sphères ou cylindres qui s’animent ensuite dans l’espace grâce à de savants jeux d’ombre et de lumière.

Sa rétrospective en 2018 au Centre Pompidou a révélé à quel point le dessin est une pratique centrale pour Tadao Ando. Autodidacte, ancien boxeur professionnel, l’architecte ajoutait encore des croquis, in vivo, pendant le vernissage même de l’exposition. Le plus souvent réalisés sur des pages de carnets de notes, vierges ou siglés de son nom, issus directement de son agence, ses dessins sont sa manière intime d’interroger inlassablement ses propres bâtiments. D’ailleurs, Ando continue souvent de les dessiner, bien après leur édification.

Les dessins que nous vous proposons cette semaine figurent tous des réalisations architecturales emblématiques de Tadao Ando, parmi ses plus célèbres.

Suivez ce projet en vous abonnant à la newsletter, Instagram, Twitter et Facebook!

Pour toutes questions, merci d'envoyer un email à collect@loeveandco.com